Sur la zone rouge

La zone rouge est le nom donné en France à environ 120 000 hectares de champ de bataille de la Première Guerre mondiale.

La présence de milliers de cadavres et de millions de munitions non explosées sur cette zone rouge ont, après guerre, interdit provisoirement ou définitivement leur retour à l’agriculture et à la reconstruction. Certaines parties de la zone rouge n’ont jamais pu être nettoyées et ont été boisées comme à Verdun ou à Vimy avec parfois une mise en interdit pour des raisons de danger. D’autres rendues à l’agriculture ne l’ont été que très superficiellement.

Des collectionneurs arpentent sans relâche cette zone rouge pour étoffer leurs collections privées où enrichir les collections des musées locaux.

En 2012, la préfecture du Nord-Pas-de-Calais a pris un arrêté d’interdiction de la consommation d’eau potable dans 544 communes à cause d’une teneur excessive en perchlorate utilisées à 90% dans la fabrication de fusées et de munitions.

Les communes touchées par cette interdiction correspondent exactement à l’ancienne ligne de front et aux champs de bataille 14-18. Quatre-vingt-dix ans après la guerre, des anomalies écologiques persistent dans les 11 départements de la zone rouge.

Toute reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur

©OLIVIER SAINT-HILAIRE