Lac de Gérardmer, Gérardmer, 8500 hab., Vosges.

Dès 1918 et l’armistice, le Lac de Gérardmer profond de 36 mètres a fait l’objet d’immersions de munitions dont notamment des grenades au phosphore. De nouvelles immersions de munitions ont eu lieu lors de la débâcle française de 1940, puis avec la retraite allemande en 1944.

Dans les années 80 et 90, et ce pendant quinze ans, les démineurs de la Sécurité Civile de Colmar ont nettoyé le lac jusqu’à 25 mètres de profondeur et en ont extrait jusqu’à 15 tonnes de munitions par an.

Aucune étude n’a été faite depuis sur une éventuelle contamination chimique bien que la pêche y soit autorisé et qu’une station de pompage y prélève de l’eau pour alimenter le réseau d’eau potable de Gérardmer et des environs.

Toute reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur

©OLIVIER SAINT-HILAIRE