Lac bleu, Avrillé, 13000 hab., Maine-et-Loire.

À la fin de la guerre de 14-18, des milliers de tonnes de munitions produites par une usine voisine ont été immergées dans une ancienne carrière d’ardoise.

D’autres munitions françaises auraient été immergées en 1940 lors de l’avancée allemande, puis à la fin de la guerre par les Allemands, les Français et les Américains.

Aujourd’hui les démineurs de la Sécurité civile qui organisent chaque année des campagnes d’extraction dans le Lac bleu estiment qu’il reste sous l’eau environ 3000 tonnes d’obus, de grenades et de mines antichars, qui se sont accumulés sous l’eau en un amas d’une trentaine de mètres.

Toute reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur

©OLIVIER SAINT-HILAIRE